Sevrage des Psychotropes

Sevrage thérapeutique des anxiolytiques/psychotropes

Réalisé à l’occasion de la cure thermale, ce programme a pour but d’assurer un sevrage partiel ou total pour des patients qui surconsomment des anxiolytiques, ou benzodiazépines (*).

La cure thermale présente en effet l’avantage de réduire naturellement l’anxiété. Le programme d’accompagnement consiste ensuite à la mise en œuvre de techniques cognitivo-comportementales par l’équipe du Dr. Christiane VAUGEOIS, médecin-coordinateur du protocole et Odile BILLY, infirmière-coordinatrice du sevrage (tel: 06.98.61.96.65).

soins-thermes-ussat_6 copie

Le programme s’adresse donc en priorité aux curistes en orientation « Psy » ayant des difficultés à contrôler leur consommation de médicaments anxiolytiques ou hypnotiques, et motivés pour les réduire.

Pour en bénéficier, signalez-vous au moment de votre réservation thermale. Vous serez alors rappelée(e) par l’établissement thermal afin de vérifier la possibilité de votre inclusion, en accord avec votre médecin traitant.

 

DATES DES 2 SESSIONS 2019 :

  • du 01/04 au 20/04
  • du 07/10 au 26/10

Le coût de ce programme est de 250,00 € par personne (attention, ce programme n’est pas pris en charge par l’assurance maladie). Réservation préalable obligatoire avec un acompte de 50 € (le nombre de places est limité) et la session sera annulée s’il y a moins de 5 participants.

(*) A savoir : Ce programme a fait l’objet d’une étude multicentrique « Sevrage des Psychotropes par l’Education psycho-thérapeutique en Cure Thermale » par le Dr. Olivier DUBOIS de l’AFRETH (Association Française pour la Recherche Thermale), à laquelle la station d’Ussat-les-Bains était associée, a évalué les résultats de ce programme de sevrage sur une population de 70 malades. Il a notamment été mis en évidence qu’au 3ème mois et au 6ème mois après la cure, 43% des patients avaient cessé toute consommation de benzodiazépines. Au 6ème mois, 80% des patients avaient cessé ou réduit d’au moins 50% leur consommation, chez seulement 17% des patients aucun effet n’étant observé.

Retrouvez ici les études menées sur :